Anatomie de l’œil

Publié le 10/06/2013 par le Dr Laurent Leininger

L’œil : l’organe de la vision

L’œil est l’organe principal du système visuel, qui capte les images et les transforme en signal électrique vers le nerf optique. Ce signal est ensuite « traduit » par le cerveau, au niveau du cortex visuel, qui nous renvoie l’image traitée et permet ainsi l’interprétation de notre environnement.

La vue chez l’être humain représente la principale source d’information du cerveau sur le monde extérieur : environ 70% des informations passent par la vision.
Le champ visuel humain couvre environ 220° en horizontal et 140° en vertical.

Schéma en coupe de l’œil humain

Schéma en coupe de l’œil humain

L’œil peut se définir comme une caméra, la plus complexe et la plus aboutie qui existe. Dans cet organe ultra-perfectionné, chaque élément a son rôle et son importance.

La cornée : la responsable de l’éclairage

La cornée agit comme une fenêtre par laquelle la lumière pénètre dans l’œil. Elle joue un rôle prépondérant dans la focalisation de la lumière sur la rétine. De fait, la cornée doit toujours être parfaitement propre et transparente. La fermeture régulière des paupières (clignement) et la sécrétion lacrymale maintiennent la surface de la cornée libre de toute impureté.

Le cristallin : un rôle de « zoom »

La principale tâche du cristallin est de permettre les ajustements nécessaires à la focalisation des objets à toutes les distances. Cette focalisation a lieu grâce un changement de courbure, qui s’effectue soit par une mise sous tension, soit par un relâchement des tendons qui fixent le cristallin à la paroi interne du globe oculaire. Le cristallin se bombe pour focaliser les objets de près et devient plus plat (position de repos) pour rendre nets ceux situés au loin.

L’iris : la couleur des yeux

L’iris donne leur couleur aux yeux. Cette couleur dépend de l’épaisseur de l’éventail formé par les lamelles pigmentaires et de sa concentration en mélanine. Plus l’éventail est épais et contient de mélanine, plus l’œil est foncé. C’est un voile plus fin que la soie, qui règle également la dilatation de la pupille. La nutrition de l’iris est assuré par l’humeur aqueuse dans laquelle elle baigne et par quelques petites artérioles.

L’humeur aqueuse

L’humeur aqueuse est un liquide transparent, continuellement filtré et renouvelé qui, avec le corps vitré, maintient la pression et la forme du globe oculaire. Composée essentiellement d’eau, mais aussi de vitamine C, de glucose, d’acide lactique, de protéines, elle se renouvelle en 2 à 3 heures.

La pupille : le diaphragme de l’œil

La pupille est une structure constituée de l’espace libre au centre de l’iris. Ce dernier comprend deux groupes de muscles :

  • l’un composé de fibres radiaires (disposées comme les rayons d’une roue) qui élargit la pupille,
  • l’autre, comportant des fibres circulaires, qui la rétrécit.

Leur action modifie le diamètre de la pupille et régule la quantité de lumière entrant dans l’œil, tout comme le diaphragme d’un appareil photo détermine le diamètre d’ouverture de l’objectif.

La rétine : le film photographique

La rétine est une membrane épaisse d’un quart de millimètre seulement, placée au fond de l’œil, sur sa paroi interne. Hypersensible, elle nous permet de distinguer une lumière très faible à une distance de 10 kilomètres, même dans l’obscurité totale.
Elle est constituée de centaines de millions de cellules nerveuses photo-réceptrices :

  • les cônes (environ 6-7 millions) : ces cellules interprètent les couleurs d’une image en la décomposant en 3 couleurs primaires : le rouge, le bleu et le vert.
  • les bâtonnets (environ 130 millions) : ces cellules analysent la lumière.

La couche la plus externe de la rétine comporte des photo-récepteurs contenant un pigment photosensible, qui réagit à la lumière par une modification chimique transformant l’énergie lumineuse en énergie électrique.
Ce signal électrique est ensuite transmis au cerveau, via les cellules ganglionnaires contenues dans la couche la plus interne. L’information visuelle est ensuite régénérée par un processus complexe, nécessitant l’aide d’autres cellules.

Le nerf optique : la « courroie de distribution »

Il transmet les informations reçues par les yeux vers le cerveau, au niveau du cortex visuel. Il mesure 4 mm de diamètre pour 5 cm de long. C’est lui qui permet au cerveau d’enregistrer, d’interpréter et de traduire les images.

Schéma du cortex visuel chez l'Homme

Schéma du cortex visuel chez l’Homme

Animation 3D pour comprendre l’œil et son fonctionnement

Date de dernière mise à jour : le 03/10/2016

↓