Précautions à prendre

Publié le 02/07/2013 par le Dr Laurent Leininger

Recommandations médicales

  • Avant l’opération :

Un collyre antiseptique est instillé 3 fois par jour dans les 2 yeux, pendant les 3 jours précédents l’intervention.
La veille et le jour de l’intervention, il faut ajouter un collyre anti-inflammatoire dans l’œil qui sera opéré.

Il est recommandé de prendre une douche et un shampooing à la Bétadine moussante ® la veille au soir et le matin de l’intervention, en insistant bien sur le visage.

Il faut être à jeun depuis au moins 6 heures avant l’intervention.

  • Après l’opération :

Il faudra instiller des collyres dans l’œil opéré pendant 3 semaines et faire preuve de bon sens ! Et éviter ainsi de :

  • baisser la tête vers le bas
  • porter des charges lourdes
  • jardiner (même avec des gants)
  • aller à la piscine, prendre des bains de mer
  • bricoler, percer, meuler, poncer, peindre… et toute autre activité susceptible d’envoyer des projections dans les yeux
  • faire des cours de gym, yoga, aqua-biking
  • conduire un véhicule tout-terrain
  • marcher longuement en plein vent
  • nettoyer son œil avec un mouchoir sale
  • frotter son œil, et encore moins avec des mains sales…

Ceci jusqu’à nouvel ordre, selon les recommandations du Dr Leininger.

Un premier contrôle post-opératoire est réalisé entre 4 et 7 jours après l’intervention.

Un contrôle de cicatrisation finale se fait aux alentours de 4 semaines après la dernière intervention.

Effets secondaires

Dans plus de 30% des cas, il se produit au cours des années qui suivent l’opération de la cataracte une opacification de la capsule (ou « sac cristallinien ») qui contient l’implant : c’est la « cataracte secondaire » responsable d’une nouvelle baisse de vision. Le traitement consiste à réaliser une ouverture de cette capsule par laser YAG (ou rarement chirurgie) lors d’une simple consultation avec récupération de la vision dans les heures qui suivent.

Une sécheresse oculaire plus ou moins durable peut survenir ou majorer une sécheresse pré-existante. Elle s’exprime par une sensation de corps étranger ou de grains de sable, avec picotements, brûlures, larmoiement réflexe paradoxal.

La perception de « mouches volantes » ou corps flottants intra-vitréens est également possible, de même que des éblouissements sur les fortes lumières ou des sensation d’ombre en intérieur.

Complications éventuelles

Bien qu’elle soit parfaitement standardisée et suivie d’excellents résultats, l’opération de la cataracte n’échappe à la règle générale selon laquelle il n’existe pas de chirurgie sans risque.

Il n’est donc pas possible que votre ophtalmologiste vous garantisse formellement le succès de votre intervention.

Les complications sévères de l’opération de la cataracte sont très rares.
Elles peuvent nécessiter une réintervention et aboutir, dans les cas les plus extrêmes, à la perte de toute vision de l’œil opéré, voire la perte de l’œil lui-même.
Il s’agit : des infections (moins de 1 cas sur 1000), du traumatisme de l’œil par le patient ou son entourage, du décollement de la rétine, du trouble de la cornée, de déformation pupillaire, de l’extraction incomplète de la cataracte, du déplacement du cristallin artificiel, d’un œdème rétinien maculaire. Enfin l’hémorragie est une complication grave rarissime.
D’autres complications sont moins sévères, comme la cicatrice insuffisamment étanche, une chute partielle de la paupière supérieure, un hématome du blanc de l’œil ou de la paupière, une sensibilité accrue à la lumière, une inflammation de l’œil, l’augmentation de la pression intra-oculaire, la déformation de la cornée (astigmatisme), une vision dédoublée. L’erreur de calcul de la puissance du cristallin artificiel est rare, compte tenu de la précision des systèmes de mesures utilisés systématiquement avant chaque intervention. Elle peut éventuellement nécessiter une réintervention.

Date de dernière mise à jour : le 01/07/2015

↓